SOMMAIRE EQUITATION EN AMAZONE
95 CHAPITRES

SOMMAIRE EQUITATION EN AMAZONE

 

 

 

 

LA RANDONNÉE VU PAR MARIE HÉLÈNE


Les photos sont là juste pour agrémenter le sujet ...les sacoches ne tiennent pas, par exemple...

Les beaux jours sont de retour et l'envie de partir sur les chemins de France et de Navarre nous trotte dans la tête.

Cette année, une idée a fleuri dans votre esprit, et si vous faisiez votre randonnée à cheval en amazone. J'ai fait quelques randonnées à califourchon mais aussi en amazone, avec différents chevaux.

Je vais donc vous parler de mes aventures personnelles qui ont pour but de vous faire partager mon expérience et en aucun cas vous faire peur ou pire ressembler à monsieur Yaka Foque d'un autre chapitre.

Tout d'abord, votre compagnon d'aventure, le cheval, pour celles qui n'ont pas la grande chance d'avoir leur ami, elles vont profiter de ce moment assez libre pour se lier d'affection avec un cheval qui sera sous leur responsabilité pendant plusieurs jours. Personne pour vous le prendre après le cours. Là vous allez devoir non seulement, le panser, le nourrir, le seller, partager sa peine en marchant à ses côtés, s'occuper de lui le soir, voir si tout est en ordre, pas de blessures, s'il a bien fait son pissou, cela peut paraître idiot mais gare aux coliques subies par de braves chevaux perturbés par le changement d'écurie qui bloquent. Le bonheur d'être un propriétaire pour 8 jours se payent par beaucoup de soucis, mais si le premier jour tout parait difficile et vous fait peur, vous verrez très vite, qu'une grosse léchouille, qu'un grognement de joie, le matin au moment où vous allez curer les pieds, il va en profiter pour s'étirer, ou simplement lors du goûter, du casse-croûte il finira votre pain, mangera la moitié de votre pomme, c'est une union et un bonheur que je vous souhaite à toutes.

Pour celles qui ont leur cheval, elles le connaissent bien et savent ce qu'elles vont partager pendant ces jours de pleines intimités. Le portrait du bon cheval pour la randonnée, c'est un cheval qui est bien équilibré physiquement et mentalement, il doit être aux ordres et absolument bien éduqué pour gérer tout seul une situation délicate, comme le croisement avec un tracteur, sans grimper aux arbres, ni renverser les piétons.

Quand vous décidez de monter toute votre randonnée de 8 jours en amazone, il faut impérativement que votre cheval soit très bien dans sa tête et à votre écoute. Je vais appeler Pégasou (qui sera El Gato, Frac, Cirano, Gitane, Hidalgo,Cheyenne, etc.) :

Donc nous voilà parti en dame, pour faire un peu de tourisme. Soyons d'accord, je ne parle pas de rallie où à chaque fin d'étape, il faut être en tenue traditionnelle et pomponnée. Ni de 2 ou 3 jours de trois ou quatre heures de promenade avec voitures ou camions suiveurs, fêtes de village ou rassemblement. Je vais vous parler de la vraie randonnée, celle où l'on transpire presque autant que notre cheval, où l'on rêve d'une bonne douche fraîche en fin de journée, où une fatigue saine nous laisse nous endormir dans un milieu naturel où vivent nos pires ennemis araignées, serpents et autres petites bestioles très nombreuses….

Réfléchissez bien avant de partir en amazone, je trouve que 8 jours pour faire 35 à 40 km par jour c'est énorme en fourches, je préfère 5 journées plus courtes de 30 km maxi, avec un dénivelé moyen.

LA TENUE DE L'AMAZONE

Oubliez votre tenue d'apparat, qui souffrirait bien plus que vous, à moins de faire une randonnée dans une forêt comme Fontainebleau avec pistes en sable, sans ronces, sans dénivelé etc. La randonnée, se passe par exemple dans le Trièves au Sud des Alpes, où le dénivelé n'est pas extrême mais existant. Les chemins sont sauvages et remplis d'odeurs chaudes du Sud de la France, ils sont entretenus par les amis cavaliers du coin, mais ce qui n'empêche pas la végétation par moment d'être envahissante. Il n'est pas question de poser votre royal fessier sur le dos de votre humble compagnon de route du matin jusqu'au soir, les étapes étant de 30 km, la tâche est dure et pour bien montrer que nous sommes une cavalière comme les autres et non pas une poupée qui sert de décoration à la bande des 8 cavaliers, on fera tout comme les autres.

Donc pour votre tenue, pensez déjà que vous n'avez pas de fontes ni de sacoches, rares sont les selles à fourches avec des anneaux pour attacher des sacoches, il faudra user de votre charme pour que votre ami(e) ou mari pour qu'il rajoute sur son cheval votre paquetage. Je conseille de laisser tomber la jupe pour la jupe culotte plus pratique pour marcher, pour monter et descendre fréquemment, d'un tissu costaud comme les jupes culottes camarguaises idéales à mon avis, de couleur marron, le noir (trop chaud), le gris trop salissant, de plus tout en restant féminin, vous pourrez garder vos mini-chaps et vos chaussures de marche, bien agréable d'enlever les chaps à la pause de midi quand il fait très chaud, de plus avec la jupe culotte même ample je ne mets jamais de caleçon (avoir la gambette à l'air est très agréable à la pause), cela reste discret et pratique.

Non, pas de chemisier en dentelle !, encore moins de tee-shirt à bretelles, une chemise classique de couleur claire, toujours pour une question de soleil, on peut retrousser les manches quand il fait bien chaud et les baisser quand le chemin est bordé de magnifiques églantiers, ou acacias…

Pour le chapeau, le canotier quand il fait soleil est agréable, léger, avec un élastique bien entendu, par contre s'il pleut et il a la fâcheuse tendance d'être une vraie passoire, le chapeau de brousse de couleur claire et traité pluie est idéale, moi j'utilise un chapeau camarguais beige, sans ruban, tout simple avec cordelette cuir pour qu'il pende dans le dos lorsqu'on est à l'ombre. Il ne craint pas le sale, et se lave simplement à l'eau et au savon.

Un sweat, ou un pull, le poncho obligatoire, un kway, oui vous me direz mais tout ça ne fait pas très amazone, et je vous répondrais que vous êtes en randonnée, pas en manège d'une part, et que votre confort prime sur la tradition.

Dans le même registre, je n'ai pas de cravache, si j'en sens le besoin, une branche de coudrier fait bien l'affaire, et dès que les choses sont remises à leur place, vous la jetez, il ne faut pas s'encombrer de choses inutiles. Les éperons, demandez l'avis à votre cheval, mais s'il est bien éduqué, ils sont inutiles, dans le sens que si le terrain est varié, vous risquez toujours de donner un méchant coup sans l'intention de faire mal.

En descente par exemple, je déchausse toujours à califourchon, c'est un indien qui m'a appris ça et ça m'a été très utile, on traversait un champ très en pente et que le cheval se fauche ou glisse, il nous est plus facile de sauter à terre en gardant les rênes et ainsi d'éviter de se retrouver dessous Pégasou.

En amazone, il est évident, qu'il faut descendre avant. Cela évitera bien de la fatigue à votre cheval et à vous-même pour garder un équilibre précaire.

LE MATERIEL DU CHEVAL

On a fait le tour de votre tenue, parlons de celle de Pégasou, la selle doit être parfaitement adapter à sa morphologie et c'est là que tout se joue, les selles anciennes comme les selles modernes, laissent toujours à désirer si elles ne sont pas sur mesure. Toutes sont lourdes et quand il faut garder la selle pendant 8 heures d'affilées, même avec un excellent tapis.Combien de selle trop grande blesse le rein, ou le garrot si elles ne sont pas assez dégarotées. Je mets une couverture militaire, qui selon le pliage correspondant à un tapis propre pour une semaine, je garde mon tapis gel dessous pour le confort du cheval. par contre pour protéger ma selle, le siège, j'ai fabriqué une mini housse en mouton pour mon confort aussi.

La sangle devra être en tissus, si elle est en cuir je lui mets une housse mais j'avoue que la transpiration la rend raide et gare encore à la blessure. Je laisse mon licol sous le filet ou hackamore doux. Mon filet est sans muserolle, un mors goyo, moins il a de cuir sur la tête mieux il sera, le frontal est espagnol à franges de cuir fin. Avez-vous déjà essayé de garder notre chère bombe en rando.... ? vous voyez, le confort aide à profiter du paysage, surtout que notre Pégazou aurait certainement préféré rester dans son pré, à ne rien faire pendant des heures.... "Ils sont fous ces humains..."

Personnellement, je trouve lourd toute une journée en amazone, monter, descendre, trotter, un gentil galop pour détendre le cheval, ce genre de galop se fait souvent les rênes longues pour justement que le cheval se détende, descende son encolure, étire son dos et en terrain plat, un grand champ, ou un très bon chemin (rare dans le Trièves, très caillouteux), j'ai une hernie discale lombaire à droite, donc le soir malgré l'arnica, le tendon couturier (face interne du genou droit) est très douloureux, et les contractures se font vite sentir le côté droit est vite fatigué, à califourchon on peut plus de laisser aller en laissant les jambes tomber sous leur propre poids.

Même avec un bon cheval ; bien mis, une bonne selle, en été, rien ne vous garantit, le soleil, et trois jours de pluie quand on monte à califourchon sont durs très durs alors en amazone....

Le terrain glissant, rend l'évolution du cheval difficile, en amazone vous êtes moins agile empêtrée avec le poncho, la fatigue aidant le poids, pas aussi bien réparti, on a tendance à s'accrocher aux fourches à chaque glissade. Bref, tout devient plus éprouvant, mais quand le soleil est là, il est vrai que c'est agréable.

L'ÉTAPE

L'étape, qu'elle soit en gîte rurale ou à la belle étoile, il est évident que l'un propose la merveilleuse douche et que l'autre une cohorte de bestioles mais sorti de ces deux extrêmes, il est très agréable de faire une veillée autour d'un feu de bois à raconter toutes nos prouesses équestres, où de dormir dans un refuge dans la même salle que les chevaux, la table installé à quelques mètres des râtelier remplis de foin pendant que vous dégustez une bonne raclette, vous avez en fond sonore le doux refrain des mâchoires qui s'activent sur le regain. Puis tout le monde dormira ensemble, dans la paille, les sacs de couchage vous feront un nid douillé, et de voir votre cheval dormir à côté de vous est un bonheur sans nom.

Pour conclure, la monte en amazone en randonnée, n'apporte rien de plus, à moins d'être comme Denise qui a suivi les chemins de Compostelles en amazone avec Serine. Pour les autres, c'est un moment agréable, si toute la randonnée est faite autour de votre façon de monter : je m'explique, peu ou pas de dénivelé, coucher en gîte, un cheval très confortable et obéissant et des amis qui ne prendront pas la mouche chaque fois qu'il faudra vous aider à remonter en selle quand les montoirs naturels ne se présentent pas, qui ne vont pas rouspéter devant le surplus de poids que représente l'absence de sacoches sur votre cheval. La randonnée, c'est du plaisir, c'est du tourisme, il faut donc mettre de son côté sécurité, confort et sport car les trois sont liés, on marche beaucoup, on évite les petits bobos pour tous (mitosyl et baume pour les lèvres indispensables), et on passe de bonnes vacances.

Fatiguée mais heureuse de sa journée

Dans le chapitre suivant, je vous parlerai de Denise qui a fait une véritable prouesse à mes yeux, puisqu'elle a fait les chemins de Compostelle à cheval et d'après Béatrice ANGELE qui l'a fait à califourchon, ce n'était déjà pas facile....(livre : 800 000 foulées pour Compostelle ; édition du Vieux Crayon).. alors en amazone....

Voici un petit apperçu d'une randonnée extraordinaire de Lectourne France à Saint Jacques de Compostelle

AVEC DENISE (en amazone) et SERINE (la jument grise)
et LUCINDA et IDEE (la jument baie)

Photos de Lucinda PRYOR

Repos midi
Sérine et Idée
La Galicia
Entrée du village de Santiago
traversée de Pamplona
Paysage espagnol

Voici un avant goût de ce périple fantastique pour ces deux cavalières et leurs juments, elles préparent un site et je ne veux en dévoiler plus, je remercie Denise de m'avoir donné ces photos, il y en a beaucoup d'autres et j'espère que vous serez comme moi impatiente de rendre une visite à leur site.

 

 

sommaire amazone