CHARLOTTE

On parle toujours des chiens et des chats qui sont les compagnons de nos chevaux.
Mais d'autres animaux peuvent se montrer d'excellents amis.
Je vais vous parler de Charlotte, une oie, l'oie de la maison et la compagne d'El Gato pendant la période où on n'avait qu'un cheval.

Pour la petite histoire, pourquoi une oie ?
De 16 ans à 25 ans, je montais un cheval de propriétaire, Frac, qui se trouvait dans les écuries d'un paysan. Ce paysan a un couple d'oies. Un jour : une lubie, Monsieur tue à coups de chambrière la femelle, mais rate le mâle, qui devient un vrai fauve et attaque tout le monde.
Pas pratique de sortir des écuries avec selle et harnachement et de se faire attaquer les jarrets par une énorme furie en plumes.
Impossible au paysan de finir sa triste œuvre, mais les deux propriétaires des chevaux, mon mari et moi-même, subissons les assauts du volatile, qui s'en prend aussi aux chevaux et qui est assez malin pour éviter les coups de pied. Crevant de faim, son agressivité va croissant et tout le monde parle de le tuer d'une manière ou d'une autre ce qui me fait réagir.
Je le nomme Oscar, et un jour l'ami Oscar ailes écartées et bec ouvert, me fonce dessus, ni une ni deux, à la surprise de tout le monde, même moi, je l'attrape par le cou, et je serre juste ce qu'il faut pour que ses ailes ne me frappent pas.

Une fois qu'il est calmé et tout tremblant, comme à mon habitude, je le poupouille ; le pauvre animal qui n'a connu que les coups et la faim, en reste baba et calme. Alors, je lui donne du pain dans ma main (gantée), on lit la surprise dans ses beaux yeux bleus et il mange.
Depuis ce jour, il n'a plus vraiment attaqué, sauf le paysan ; mais on y va tous les jours et tous les jours je lui apporte à manger. Il reconnait la voiture, c'est un animal super.

J'ai donc juré que lorsque j'aurai ma propre maison, j'aurai une oie.

Quand nous avons emménagé, la maison était finie pour le gros œuvre, mais nous devions finir les abords et surtout les tapisseries, boiseries etc.

Maman qui n'a pas oublié ma promesse, est arrivée un jour avec un bébé oie de quelques semaines.

La surprise : on ne savait pas où la mettre, elle n'a que du duvet, on est en avril 89 et elle a froid.
Ignorant tout de l'entretien d'un tel animal, j'ai donc demandé des conseils à la ferme voisine, qui m'a dit qu'il est impossible de mettre l'oie dehors ni dans le garage, qui est le box de Gato. Il lui faut de la chaleur et un petit coin à elle dans la maison….
Ca débute bien !


Car, contrairement aux 2 chiens et aux 2 chats, l'oie dépose de partout ; avec deux petites filles qui se traînent par terre, les complications commençent.
Mais Charlotte est un amour, elle me prend immédiatement pour sa maman, et me suit de partout.

Maman !!


Il est amusant de me voir dans le pré avec le cheval, l'oie sur mes talons, les deux chiens galopant devant.
Si je cours, elle court en écartant les ailes et se met à crier comme si elle a peur que je l'abandonne ; alors, je m'arrête, je m'assoie et elle plonge son long cou dans ma manche en me "papouillant façon oie" le bras.

Quand les filles jouent dehors, on sort Charlotte. Lorsque l'une d'elle a trop froid, Charlotte se couche délicatement sur elle …. et la couve, si bien que par des températures assez basses, j'ai pu voir Audrey en sueur, assise sur un moellon Charlotte entre ses genoux, ailes écartées, lui faisant ses câlins dans le cou.

Tu veux que je te pousse Audrey ??

Avec Amélie

Attrappe moi si tu peux !

Charlotte : mais qu'est ce qu'il me veut ce poilu ??

Qu'est ce qu'elle est bonne cette herbe !!

 

Charlotte adore la neige contrairement à El Gato, et elle prend un plaisir à le narguer. Cette année là, la neige est tombée pendant 3 semaines, créant des congères de plus de 1.30 m dans le jardin.


Charlotte : attends moi, je suis coincée

Charlotte arrive à monter dessus et à faire des glissades. Une fois, elle ne s'est pas aperçue qu'il y avait de la neige fraîche, et du haut de son talus, hop, elle se lance, mais notre concorde s'est lamentablement plantée dans la neige poudreuse, bec et tête disparus sous la couche blanche et le croupion en l'air. J'ai toutes les peines du monde, couchée sur le talus, à la tirer par les plumes de sa queue pour la sortir de ce mauvais pas. On dit que les animaux ne parlent pas, mais le regard d'El Gato et des chiens ont eu pour effet de vexer la bestiole, ou alors c'est mon fou rire, elle est partie dignement, tête haute, et déposant une flaque avec ses petits cris de rouspéteuse.
Elle adore patauger dans une grande bassine d'eau, et c'est un vrai plaisir de voir s'ébattre notre bel oiseau.

une bassine pour le bain de siège c'est bien

mais une bonne flaque boueuse c'est encore mieux !!!

Elle est gentille, attentionnée, et affectueuse comme on n'aurait jamais imaginé qu'un tel animal le soit et très très intelligente, reconnaissant son monde.
Charlotte pond des œufs, et nous avons pu goûter aux gâteaux faits avec un œuf d'oie, ce n'est pas mal.

Je pense que notre oie se prend pour un chien, elle aime se coucher près d'eux. Si bien que lorsque quelqu'un passe, les 2 fainéants n'aboient plus et c'est Charlotte qui longe le grillage en criant sur l'étranger ; elle a même séduit les chasseurs, faut le faire !! Ils la trouvent exceptionnelle et, connaissant son nom, ils l'appelent. Alors, elle se calme mais continue son rôle de gardienne en les suivant en silence.


Quand Charlotte a ses plumes et est assez grosse pour vivre en dehors du cagibi sauna, on l'installe avec son copain El Gato dans le box…. !!!
Mauvaise idée !!
Mais quand on n'a pas l'habitude, on ne songe pas à l'accident. La journée, tout va bien, Gato a investi le jardin comme paddock et Charlotte comme les 2 chiens, lui tient compagnie.

Charlotte : donc je te disais les voisins ils ont fait .......
El Gato : et patati et patata... Charlotte la barbe !!
Charlotte : oui je sais, mais tu sais le chevreuil d'à côté et......

Sieste

 

Le soir il devait partager son immense box (le garage) avec l'oie, mais voilà : une oie ça dort bien.
Quand le cheval se couche, elle se blottit contre lui, là, tout va bien, Gato l'aime beaucoup, mais il bouge la nuit et se relève, ….
Le garage étant contre la maison, de grands cris nous réveillent. Horreur !!!

On fonce au box : catastrophe !
Charlotte est dans un coin et parait mal en point, Gato est dans l'autre coin, affolé. Ce grand nigaud a écrasé l'oie dans le noir.
Les dégâts : une patte cassée à minuit et les gentils vétos qui assurent les urgences me conseillent, de manger mon oie…. mais oui ! Fureur après ces gens…

Il faut trouver une solution, et vite, Charlotte souffre. L'os est légèrement déplacé… Alors, comme dans les westerns… (comme quoi la culture télévision peut avoir de l'utilité), avec Gabriel, j'ai idée de saouler ma bestiole. On sort un bon bordeaux, histoire de ne pas l'empoisonner, en plus, et je vous assure que je ne sais pas trop où je mets les pieds. Bref, avec délicatesse, on fait boire notre Charlotte, ni trop, ni pas assez. Quand son grand cou commence à balancer dans tous les sens. Gabriel la maintient et je réduis la fracture, pose une attelle de fortune, et un gros bandage. On monte une cloison entre le cheval et sa caisse, que l'on clôt avec une grosse grille afin qu'elle ne bouge pas pendant la nuit.
Le matin est vite là. Charlotte a bien cuvé, je téléphone à mon véto qui trouve que mon travail est super, mais ne sait pas ce qu'il faut donner pour la douleur. Je me laisse aller à l'homéopathie en espérant que ça agisse.
Charlotte garde son bandage un bon mois. Nous avons construit un bas flanc en bois pour séparer le garage en deux, Gato d'un côté avec vue sur sa Charlotte pour qui on a aménagé un petit coin bien à elle ; ils peuvent se sentir mais finies les bousculades de la nuit.

Dis donc les gars faudrait faire un peu de toilette !!
Les jours passent avec des moments de pur bonheur. El Gato, pour manger, se change en requin belliqueux, oreilles couchées, dents en avant, il déteste qu'on l'approche quand il a son grain, sauf moi qui ne cesse de le gronder devant une telle agitation. Mais quelle surprise quand je lui donne un épi complet de maïs, de le voir le dépiauter et de voir l'amie Charlotte lui prendre des grains dans sa bouche…. ! et Monsieur ne dit rien, c'est le miracle.

Charlotte : Ben dis donc c'est bon tout ça !

El Gato : Ouais mais ma réputation est foutue grâce à toi

 

Une autre fois, de la fenêtre de la cuisine ouverte, je lance sans y penser un croissant dur, et le silence qui s'en suit me surprend, je regarde donc une scène etonnante : Gato, Charlotte et Jim (le chien) avec le chat Nina qui prudent fait comme moi : observe. En triangle autour du croissant. Qui va être le plus rapide, ou le plus gros, ou le plus malin pour emporter le trésor ?
Gato s'ébroue, faisant reculer les deux autres acolytes, et croque le croissant ; les miettes sont partagées entre Charlotte et Jim (le boxer)… j'en pleure de rire : pas de coup de dents, ni de bec, le partage … tout simplement.


Suis moi on va se promener

Il n'est pas rare de voir Charlotte dans la journée au paddock, couchée à quelques mètre ou contre El Gato, qui fait lui aussi, sa sieste.

Mais toute histoire a aussi ses mauvais côtés. Charlotte fait ses besoins de partout, et des flaques impressionnantes et nombreuses.
Lorsque je pars au boulot, elle reste avec les chiens devant le perron, et quand je rentre pour atteindre la porte, il faut des bottes… Gabriel n'a pas supporté longtemps ces dégâts et a imposé un enclos pour notre Charlotte. Elle est à côté d'El Gato, toujours dans le jardin et c'est un peu plus pratique. Jusqu'au jour où El Gato est allé dans son parc au-delà du grillage. Charlotte s'est retrouvée seule de l'autre côté de la maison, et les chiens ne sont même pas restés avec elle. Un renard, lui, avait vu.


Charlotte dans son enclos et dans la bassine
Je suis partie au travail, j'ignore comment cela s'est passé, comment un renard peut entrer dans un jardin où un boxer et un croisé malinois montent la garde. Bref, le choc fut violent et sans appel. Je n'ai pu enterrer qu'un débris d'aile, dans un chagrin sans fin. Elle n'avait que 2 ans…. Je m'en veux et m'interdis de prendre un autre animal en cage, à plumes ou à poils si je ne peux lui offrir la sécurité. Les renards creusent et grimpent les clôtures, le paysan en a vu sur un monter un grillade de 2 m de haut, alors!. voilà, je pense souvent à mon adorable boule de plumes. Je suis indigne de leur confiance.

Quand vous verrez une oie pensez à autre chose qu'à Noël, une oie c'est aussi un super animal de compagnie.

Charlotte restera dans mon cœur, un joli rosier blanc pousse sur sa tombe au milieu du jardin, et à chaque floraison, je la vois à travers ses pétales blanches comme ses plumes.

"Puisque je te dis que c'est ce truc qui marche pas..!"

T'écoute quand je te cause ?

Non je ne suis pas un nain de jardin, je garde la maison !

Pour la photo c'est pas le bon profil !!

MARIE HELENE

 

SIDONIE (l'oie de Laure)

Il était une fois une boule de plume jaune.
C'est un ami cardiologue, certain que l'autogestion est la meilleure solution donc il élève poule, canard, mouton, oie etc., qui me l'a donné.
La boule de plume fut élevée dans la cuisine et le salon de la maison.
Cette boule de plume était peut être une oie ou bien un jarre, je pensais pour ma part que c'était une oie car cette boule de plume avait un amour démesuré pour les bijoux, et n'étant pas une pie, seule une fille pouvait aimer autant les bijoux, donc j'ai décider qu'étant une fille, et ayant une poule nommée Aglaé, il était normale que le prénom de cette jolie boule de plume qui devenait blanche soit Sidonie, Celle-ci me pris pour sa mère donc me suivi partout dès qu'elle ne me voyait plus elle hurlait, jusqu'au moment où elle compris le rite. Le moment de dormir était précédé du câlin du soir, et avant d'être seule pour la journée nous prenions notre petit déjeuner ensemble
Elle montait sur mes genoux nous partagions le pain brioché du matin.
Maintenant Sidonie est grande, elle donc rejoint le parc des chevaux, mais avec ce qui s'est passé pour Aglaé qui était très vive je ne souhaitais pas qu'il lui arrive quoi que ce soit elle possède donc un enclos du côté de Valmont mon cheval le plus âgé et surtout le plus respectueux. Dans cet enclos elle a une niche dans laquelle elle ne veut plus aller dormir, et une coquille bleu qui lui sert de piscine.
Elle est devenue la coqueluche de tous les enfant de saulx les chartreux, en effet ils viennent lui amener des feuilles de salade, qu'elle déguste avec application.
Lorsque je met le foin de Valmont dans sa poubelle, près du grillage de l'enclos de Sidonie, celle-ci vient lui piquer quelques brins en caquettent, ce partage me fait toujours sourire je passerais des heures à les regarder.
Sidonie connaît très bien son monde et je la soupçonne d'être amoureuse de mon père dès qu'elle entend sa voiture ou sa voix c'est des cris de joie elle ouvre les ailes et va vers lui, c'est très attendrissement, moi j'ai droit à des roucoulement et les mêmes battement d'aile mais je donne la nourriture, il faut dire que mon père lui amène toujours des feuilles de salades qui lui donne à la main et c'est ce qu'elle préfère car s'est ainsi que je l'ai élevée.
Sidonie à deux particularité elle à une sorte de pompon sur la tête et ses plume de l'aile gauche ont mal poussée donc elle dépasse cela lui donne un petit air de dessin animée. Voilà c'est l'histoire de Sidonie

LAURE sur Mazzepa